Besoins croissants, efforts insuffisants : l’impatience d’une ville cyclable grandit au Mans

Les résultats du baromètre des villes cyclables viennent d’être publiés par la FUB, dont Cyclamaine est membre. C’est la plus grande enquête sur le ressenti des cyclistes jamais réalisée au monde, avec notamment plus de 1 100 réponses dans l’agglomération du Mans.
Baromètre Parlons vélo

Le baromètre permet de comparer les villes entre elles et dans le temps.

Les résultats du Mans ne sont pas bons. La note moyenne du ressenti des cyclistes recule de 3,11 à 2,98 (la moyenne étant à 3,5) et passe donc de « moyennement favorable » à « plutôt défavorable ».
Ce recul est le résultat de deux tendances : une franche augmentation de la pratique, donc des attentes, et une stagnation de l’infrastructure.

L’indispensable sécurité

Davantage d’habitants circulent chaque jour à vélo et exigent, à juste titre, d’être et de se sentir en sécurité. Les aménagements actuels ne répondent absolument pas à ce besoin et freinent le développement des déplacements à vélo.
Depuis la première édition du baromètre des villes cyclables en 2017, seuls 700 mètres d’axes importants du Mans ont été réaménagés pour le vélo (sur Demorieux et Chanzy). Ces travaux étaient très attendus, ils ne sont pas parfaits mais représentent des progrès et, après leur réalisation, la baisse de la note de la ville peut sembler paradoxale. Mais 700 mètres, ce n’est rien par rapport aux besoins.
Ces quelques réalisations n’ont donc fait que nourrir l’impatience d’une ville cyclable. Les cyclistes (et plus encore les cyclistes potentiels) veulent être protégés… et pas seulement pour descendre la moitié de Chanzy !
Une politique vélo déterminée peut améliorer rapidement les choses – et au passage l’image du Mans. Le palmarès du baromètre distingue clairement les villes qui ont commencé à investir dans un réseau de pistes cyclables (Paris, La Rochelle et Grenoble figurent parmi les meilleures progressions).
Au Mans, cela devra passer par la construction d’itinéraires cyclables protégés, en commençant par les grands axes (dont Bollée, Heuzé…) et par le réaménagement d’intersections (en particulier les rond-points).
C’est pourquoi Cyclamaine demande aux têtes de listes pour les prochaines municipales de s’engager sur des actions concrètes pour la sécurité des cyclistes actuels et futurs. Nous leur avons adressé il y a quelques jours un questionnaire en ce sens, et nous publierons les réponses le 1er mars.
Autre point révélateur et extrêmement mal perçu (deuxième critère le plus mal noté au Mans) : l’absence de respect des itinéraires cyclables lors de travaux. La rue Courboulay l’illustre parfaitement : la bande cyclable dans le sens sud-nord y est barrée par le chantier d’un immeuble depuis le mois de juin. En 8 mois rien n’a bougé, malgré les alertes répétées et les propositions de Cyclamaine.
Ce ne sont pas seulement les cyclistes actuels qui demandent une politique cyclable complète, cohérente et financée dans l’agglomération du Mans. C’est aussi le souhait d’une majorité d’habitants qui pourraient se déplacer à vélo.

A lire