Second tour des municipales : les engagements vélo pour le Mans

Depuis le premier tour des municipales, l’augmentation de l’usage du vélo déjà en cours a considérablement accéléré partout en France.
Nous avons donc demandé à Marietta Karamanli et Stéphane Le Foll de revoir à la hausse leurs engagements du 1er tour pour prendre en compte cette nouvelle donne.

Pour se déplacer à vélo, c'est par là

Pour se déplacer à vélo, c’est par là

A l’issue d’une nouvelle série d’échanges avec les listes qualifiées pour le second tour, les réponses reçues sont d’abord résumées dans un tableau avec uniquement les engagements sur nos propositions (ce qui exclut les notions de réflexion ou de consultation) puis repris en détail (avec l’intégralité des réponses).

Vous pouvez aussi directement lire la version originale des réponses de Marietta Karamanli (Pour Le Mans avec Marietta Karamanli) et Stéphane Le Foll (PS, Le Mans évidemment).

Les engagements vélo en un coup d’œil

 KaramanliLe Foll
Objectif de part modale vélo en 2024au-delà de 9%
Objectif de part modale vélo en 2026de 13 à 15%
Investissement vélo4 millions par an, soit 24 millions d'euros sur le mandat20 millions d'ici 2030, soit 2 millions par an
Aménagement axe Bollée en lien avec les chronolignes (bus en site propre)
Aménagement axe route de Sablé - Heuzé - Libération en lien avec les chronolignes
Aménagement axe Chanzy - Jacobins - hôpital - Campus d'ici 2022 en lien avec les chronolignes
Aménagement lune de Pontlieue d'ici 2022
Protections dans les giratoires premiers travaux dès 2020
Protections dans les double-sens cyclables
Protections dans les courbes premiers travaux dès 2020
Cahier des charges des aménagements cyclables, co-construit
Convention sur l'expertise d'usage des aménagements
Stationnement résidentiel sécurisé à la demande
Arceaux devant les équipements publics
Arceaux devant les passages piétons et intersections
Financement du programme "savoir rouler" dans les écoles
Maison du vélo plusieurs maisons du vélo
Lancer un "plan de mobilité" pour Le Mans métropole
Plan de circulation pour réduire le trafic motorisé dans les quartiers
Politique de respect des aménagements cyclables
Politique de respect des zones piétonnes
Création d'un espace logistique urbain
Extension de la zone piétonne
Extension de la zone de stationnement payant
Stationnement payant pour scooters et motos
Zone à faible émissions

Réponses détaillées

Les textes ci-dessous sont copiés des réponses que nous ont adressées les candidat(e)s.

  1. Objectif de part modale vélo pour Le Mans métropole, et éventuellement pour certaines communes en particulier :
    -> en 2024 (objectif du plan vélo national : 9%)
    Stéphane Le Foll : au-delà des 9%
    -> en fin de mandat en 2026 (préconisation Cyclamaine : 15% minimum)
    Marietta Karamanli : 13 à 15%
    Notre objectif est à la fois quantitatif (un % de la part du vélo dans les déplacements et une évolution positive des crédits) mais aussi qualitatif ; si on fait des pistes pour des pistes sans s’assurer de la continuité, de la sécurité en entrée et sortie, de la facilité d’utilisation toutes catégories d’utilisateurs (expérimentés, novices ou enfants), on fait du chiffre mais on ne crée pas l’usage. Notre engagement est un objectif de la part du vélo dans les déplacements et l’objectif de 13 – 15 % en tenant compte de la méthode proposée me paraît souhaitable et tenable. Nos objectifs de rendre certains espaces publics aux déplacements doux et de créer des voies végétalisées devraient permettre d’atteindre voire de dépasser cet objectif.


  2. Investir chaque année au moins 50 euros par habitant de l’agglomération (soit ~10 millions/an) pour développer un réseau cyclable de qualité dans et entre les 19 communes.
    Réponses par montant d’engagement décroissant :

    Marietta Karamanli : J’entends faire converger une évolution positive du budget de la Ville et de LMM. Nous entendons aussi mobiliser les aides publiques disponibles tant au niveau national qu’européen (y compris du côté de la Banque Européenne d’Investissement qui peut apporter des fonds propres sur un projet métropolitain). Un objectif de 4 M€ annuels sur six ans soit deux fois plus que le montant actuel est notre objectif.
    Stéphane Le Foll : 20 millions d’euros sont prévus pour développer 275 km de pistes cyclables au niveau de la métropole dans les 10 ans qui viennent. C’est un plan ambitieux qui nécessitera de la méthode et une DUP. L’enveloppe annuelle sera fonction des priorités et de l’ajustement des travaux.
    Remarque de Cyclamaine : Stéphane Le Foll fait référence au plan vélo voté fin 2019, qui comprend en option une tranche de 18 millions de travaux à effectuer d’ici 2030.


     

  3. Réaliser en priorité des pistes cyclables protégées tout au long des axes les plus fréquentés aujourd’hui dépourvus d’aménagement continu :
    – Béner – Bollée – De Gaulle
    – route de Sablé – Heuzé – Libération – Montoise
    – Chanzy – Gougeard – 33e Mobiles – tunnel – CHM – campus
    – lune de Pontlieue
    Marietta Karamanli : Je m’y engage dans le cadre de la méthode proposée par ailleurs et ce avec réalisation de deux axes d’ici 2022. ; les deux premiers parcours pourraient être 1) Lune de Pontlieue et 2) Chanzy – Campus.
    Stéphane Le Foll : trois chronolignes de bus sont prévues (Bellevue – St Georges ; Béner – Oasis/centre expo ; République – St-Martin) qui intégreront des pistes cyclables.


  4. Améliorer en urgence la sécurité des cyclistes en installant des protections maçonnées :
    – aux débouchés de bandes cyclables dans les giratoires
    – aux intersections des doubles-sens cyclables
    – dans les courbes à droite où des conducteurs coupent fréquemment la bande cyclable
    Marietta Karamanli : Je m’y engage avec de premiers travaux dès 2020
    Stéphane Le Foll : comme nous l’avons engagé sur les artères Chanzy, Geneslay, Demorieux, la protection des cyclistes et la délimitation des pistes par des plots ou par des protections maçonnées devront être multipliées partout à les tourner-à-droite sont dangereux pour les cyclistes, en particulier dans les entrées de giratoires.
    Isabelle Sévère : Nous mènerons une étude partagée avec les utilisateurs (cyclistes, piétons, etc.) de l’ensemble des carrefours de façon à déterminer une priorisation et étudier au cas par cas les aménagements les plus pertinents. En effet, les ilots maçonnés s’avèrent pertinents dans certaines configurations mais pas systématiquement. Nous nous engageons à traiter des carrefours dès 2020.


  5. Rédiger dès 2020 un cahier des charges des aménagements cyclables, en co-construction avec les associations d’usagers du vélo. Ce cahier des charges s’imposera à tout chantier ultérieur.
    Marietta Karamanli : Dès après l’élection, je m’engage à faire un bilan complet et transparent de la politique vélo en lien étroit avec les associations d’usagers et de promotion du vélo et à organiser la concertation de façon permanente avec un élu délégué au vélo.


  6. S’appuyer sur l’expertise des usagers pour réussir les aménagements cyclables, via une convention partenariale (consultation des usagers pendant l’élaboration de tout projet touchant à la voirie, valorisation de l’expertise d’usage).
    Marietta Karamanli : Je m’y engage conformément à la méthode que je propose ci-dessus. Je m’engage à soutenir les associations qui œuvrent pour la promotion du vélo avec une convention
    pluriannuelle prévoyant certaines prestations (par exemple, l’aide à la réparation en centre-ville ou le marquage).
    Stéphane Le Foll : Les discussions de la réalisation des aménagements se feront dans le dialogue avec les usagers du vélo et avec les impératifs de modification de voirie.


  7. Déployer massivement du stationnement résidentiel sécurisé à la demande.
    Marietta Karamanli : Je m’engage à réaliser des box sécurisés dans chaque quartier (ceux-ci sont primordiaux, ils existent dans de nombreuses villes « adeptes » du vélo)
    Stéphane Le Foll : un service de stationnement résidentiel et collectif sera développé comme ce fut le cas avec la Setram et avec d’autres partenaires.


  8. Poser des arceaux vélo devant tous les équipements publics, à raison dans un premier temps d’au moins 10% de la capacité d’accueil.
    Marietta Karamanli : Je m’engage à mettre des arceaux pour 10% de la capacité d’accueil des lieux publics en ayant fait un bilan préalable de la situation et de la saturation actuelles, dès que possible, donc avec des travaux a priori dès 2020. Je veux aussi cofinancer la construction de stationnements sécurisés dans les immeubles gérés en copropriété avec l’objectif de multiplier le stationnement vélo au plus proche du domicile des gens.
    Stéphane Le Foll : les stationnements vélo seront accélérés avec des arceaux vélo à chaque réaménagement, comme par exemple rue de Bolton.


  9. Poser des arceaux vélo en amont des passages piétons et des intersections, à raison d’au moins 300 arceaux par an.
    Marietta Karamanli : Je m’engage à en installer massivement dès la première année partout où la demande est saturée ou en voie de l’être. S’agissant des intersections : je privilégierai en priorité de les placer là où il y a un besoin, ce qui sera facilité par le bilan que je préconise en début de mandat et la concertation constante que j’entends instaurer. Cela se dera dès que possible, donc avec des travaux a priori dès 2020.


  10. Déployer et financer le programme “savoir rouler” dans les écoles de la ville.
    Marietta Karamanli : Outre les campagnes de sensibilisation dans les classes, la pratique doit être le principal vecteur de sensibilisation par deux biais : mise en place du plan « savoir rouler à vélo » dans toutes les écoles primaires et aménagement de préaux de stationnement pour les élèves venant à l’école à vélo.


  11. Créer une maison du vélo pour répondre aux besoins de formation et d’accompagnement, accueillir les cyclotouristes, développer l’économie circulaire…
    Marietta Karamanli : Créer des maisons du vélo avec des ressources en termes d’information, de formation, de réparation…
    Stéphane Le Foll : je m’y engage.


  12. Lancer un « plan de mobilité » (successeur du PDU issu de la loi LOM) pour Le Mans métropole
    Marietta Karamanli : Je m’y engage conformément à la méthode que je propose ci-dessus.


  13. Modifier le plan de circulation dans les premières années du mandat pour réserver les rues résidentielles à la desserte, aux modes actifs et ponctuellement aux transports en commun. Cette réduction du volume de circulation est un préalable nécessaire au passage de ces rues en zone 30.
    Marietta Karamanli : Je m’y engage conformément à la méthode que je propose ci-dessus. Il est à noter que je propose la gratuité des transports en commun le week-end, une desserte par
    navettes électriques du centre-ville, et le réaménagement de places publiques actuellement parcs de stationnement en lieux végétalisés qui devrait diminuer le trafic motorisé.


  14. Utiliser tous les moyens disponibles pour faire respecter les aménagements cyclables (protections physiques, patrouilles ciblées, outils vidéo…)
    Marietta Karamanli : Je m’y engage conformément à la méthode que je propose ci-dessus (l’éducation et l’information seront aussi développées).


  15. Faire respecter les zones piétonnes (interdiction effective à tous véhicules motorisés, sauf secours).
    Marietta Karamanli : Je m’y engage conformément à la méthode que je propose ci-dessus et ce dès les premières semaines de juillet 2020. Il y a déjà un arrêté à faire appliquer.


  16. Mettre en place un ELU (Espace Logistique Urbain) utilisant le vélo pour les livraisons.

    Marietta Karamanli Je m’y engage. La mise en œuvre sera la plus rapide possible à la suite de la concertation nécessaire et des études menées. Je propose un plan « dernier kilomètre » avec un vélo cargo et la mise en place d’un abri pour les « Uber » (permettant de concentrer les livreurs en attente à un endroit, à l’abri, avec possibilité de recharger leur mobile).
    Stéphane Le Foll : un premier vélo de transport urbain pour la ville sera utilisé dès le printemps 2020. Des négociations sont engagées pour voir si ces modes de transport peuvent être utilisés dans le centre-ville, notamment pour les commerces.


  17. Étendre la zone piétonne.
    Marietta Karamanli : Oui je m’y engage. La mise en œuvre sera la plus rapide possible à la suite de la concertation nécessaire et des études menées. Un 1er objectif est fixé à 18 mois
    Stéphane Le Foll : Pacifier la ville signifie d’abord faire comprendre l’utilité de modes alternatifs de circulation et les développer. Cela ne peut pas être « faire payer plus cher et étendre les interdictions de véhicules motorisés ».


  18. Étendre la zone de stationnement payant, dès les premières années du mandat.
    Marietta Karamanli : Oui je m’y engage. Pour le stationnement payant, je suggère de procéder par étape d’abord en traitant de la question des lieux où on trouve des voitures « ventouses », parallèlement il faut rendre les parkings souterrains plus attractifs (tarification, bonus, mais aussi propreté et sécurité) pour éviter trop de voitures dans les rues notamment du centre-ville, et permettre de recréer de vraies places végétalisées (Éperon, place de la Mairie, place d’Alger etc.). De plus le développement des transports collectifs (cf plus haut) devra accompagner le mouvement.


  19. Rendre le stationnement payant pour les scooters et les motos dans les zones où il l’est pour les voitures.
    Marietta Karamanli : Oui je m’y engage.


  20. Mettre en place une ZFE (zone où les véhicules motorisés les plus polluants sont interdits).
    Marietta Karamanli : Oui je m’y engage. La mise en œuvre sera la plus rapide possible à la suite de la concertation nécessaire et des études menées. Un 1er objectif est à 18 mois.


  21. Éventuels autres engagements visant au développement des déplacements à vélo et au déclenchement du report modal
    Marietta Karamanli : A) rendre vraiment accessible à toutes et tous le plan des pistes et bandes cyclables
    -B) créer une plate-forme qui permette de louer, de connaître les possibilités, et de recueillir l’avis des usagers et visiteurs à vélo !
    C) Créer des aires de service
    1 Avec une cartographie du quartier ;
    2 Un plan global du réseau ;
    3 Un point de rencontre et espace de repos disposant d’un banc ;
    4 Une pompe à vélo
    D) Sur les incivilités, je propose que les patrouilles de la police municipale soient mobilisées dans les lieux connus pour le vol. Il faudra aussi promouvoir le marquage.
    E) Soutenir les associations qui œuvrent pour la promotion du vélo avec une convention pluriannuelle prévoyant certaines prestations (par exemple, l’aide à la réparation en centre-ville ou le marquage).
    Stéphane Le Foll : Nous allons créer une journée en centre-ville sur les « mobilités douces » avec une vocation pédagogique, pour mobiliser tous les acteurs capables de former et d’expliquer les alternatives à la voiture.